La bataille de la mer des Philippines

La bataille a opposé la Marine impériale japonaise et la Marine des États-Unis en mer des Philippines, au large des îles Mariannes du 19 au 20 juin 1944, pendant que les troupes américaines s'emparaient de Saipan pour ensuite envahir Tinian, deux îles des Mariannes du Nord.
Cette bataille, qui s'inscrit dans le cadre des opérations A-Gō côté japonais et Forager côté américain, fut un désastre pour les forces japonaises, puisqu'elles perdirent la quasi-totalité de leur aéronautique navale embarquée et un tiers des porte-avions engagés. Le sort des armes fut tellement à sens unique que les pilotes américains avaient surnommé cette bataille The Great Marianas Turkey Shoot (le grand tir aux pigeons des Mariannes). 
Un avion japonais abattu alors qu’il attaquait le USS Kitkun Bay
 

Premiers mouvements 19 juin

À 05h30, la TF 58 commença à lancer des patrouilles aériennes. Dans le même temps, l'aviation japonaise basée à Guam lançait 50 avions, à la recherche de la Task Force.
Vers 05h50, un Mitsubishi Zero trouva la TF 58 et réussit à en transmettre la position avant d'être abattu.
Moins d'une heure plus tard, le reste des forces aériennes de Guam se regroupait pour attaquer la Task Force. Ces mouvements ayant été repérés par radar, un groupe de Grumman Hellcats du CVL Belleau Wood, fut lancé et attaqua alors que les avions japonais se rassemblaient pour l'attaque, rejoints par des avions provenant des autres îles.
Une bataille aérienne s'ensuivit, au cours de laquelle 35 avions japonais furent abattus. La bataille n'était pas encore terminée lorsque les Hellcats furent rappelés par leurs porte-avions à 10h00. L'ordre de rejoindre les porte-avions avait été donné parce que la TF 58 venait de détecter un certain nombre de contacts radars à 240 km à l'ouest. Il s'agissait du premier raid de 69 avions lancé par la Force Mobile et la TF 58 lança la quasi-totalité de ses avions embarqués.
Le lancement de cette première vague d'avions à 08h00, très en avant des autres raids, était une première erreur, commise par le contre amiral Obayashi qui commandait les porte-avions de la force Van du vice-amiral Kurita et qui décida de cette attaque sans attendre les ordres, remettant en cause toute cohérence dans l'attaque japonaise.
La seconde erreur fut commise par les aviateurs japonais, qui interrompirent leur avance à 100 km de la Task Force pour se regrouper avant l'attaque. Cette manœuvre donna aux avions américains un délai supplémentaire de 10 minutes et un premier groupe de Hellcats atteignirent les avions japonais à 100 km de la Task Force à 10h36. 25 avions japonais furent rapidement abattus alors que les Américains ne devaient déplorer la perte que d'un appareil. Les avions japonais restants furent ensuite attaqués par un autre groupe d'avions américains, et 16 autres furent abattus. Les survivants tentèrent d'attaquer deux destroyers américains, le Yarnall et le Stockham sans causer de dommage. Une bombe atteignit le cuirassé South Dakota, mais aucun avion japonais ne réussit à approcher les porte-avions américains et seuls 27 avions japonais rejoignirent leur porte-avions.
Entre-temps, à 09h00, Ozawa avait lancé le raid aérien principal, 129 avions lancés des porte-avions de la Force A, mais il ne lança pas ceux de la Force B commandée par le vice-amiral Takaji Joshima. Après son absence de réaction à l'impétuosité d’Obayashi, ce fut la première erreur d’Ozawa.
À 11h07, la seconde vague japonaise fut détectée. Les avions américains les engagèrent à 100 km de la Task Force et 70 avions japonais furent abattus avant d'atteindre la Flotte. Six avions attaquèrent le Task Group 58.2 du contre amiral Montgomery et causèrent des dégâts mineurs sur deux des porte-avions. Un petit groupe d'avions lanceurs de torpilles attaqua l'Enterprise et une torpille explosa dans son sillage. Des 129 avions, 97 avaient été abattus.
Une bombe japonaise explose près du USS Bunker Hill (CV-17), 19 juin 1944
 
Une bombe japonaise explose près du USS Bunker Hill (CV-17), 19 juin 1944
Un troisième raid de 47 avions fut intercepté à 13h00 à 75 km de la Task Force. 7 furent abattus, et les Japonais firent demi-tour, 40 avions rentrant à leur base. Le raid final de cette journée, 82 avions, fut lancé entre 11h00 et 11h30. Le groupe d'attaque avait cependant reçu des informations incorrectes sur la position de la Task Force et fut incapable de la trouver. L'escadrille se sépara en deux groupes pour se diriger vers Guam et Rota afin de refaire le plein. Le groupe se dirigeant vers Rota rencontra le TG 58.2 de Montgomery. 18 d'entre eux furent engagés par les chasseurs américains qui en abattirent 9, tandis qu'un groupe de 9 bombardiers attaquait les porte-avions Wasp et Bunker Hill sans leur causer le moindre dommage, tandis que 8 de ces bombardiers étaient abattus. Le groupe qui espérait se ravitailler à Guam fut intercepté par 27 Hellcats alors qu'il s'apprêtait à atterrir. 30 des 49 avions japonais furent abattus, le reste étant endommagé gravement.
Au soir du premier jour, la Force Mobile japonaise avait donc déjà perdu l'essentiel des forces aériennes basées sur les îles Mariannes et Bonin et plus de 200 avions, soit près de la moitié, de son aviation embarquée.
Grumman Hellcat
 

Le poids des sous-marins

Le 16 juin, le sous-marin américain Cavalla repéra un des groupes de pétroliers qui suivait une course au nord de la Force Mobile. Le commandant du Cavalla rapporta ce contact et son souhait d'attaquer les pétroliers, mais le commandant en chef des sous-marins du Pacifique (ComSubPac), le vice-amiral Lockwood, lui donna l'ordre de suivre les pétroliers pour arriver à la force principale, ce qui arriva le 17 juin au soir, lorsque Ozawa vint se ravitailler une dernière fois avant la bataille. Le Cavalla rapporta sa découverte et se mit à suivre la Force Mobile.
Le 18 juin, un autre sous-marin américain, l' Albacore, avait rejoint le Cavalla. Le 19 juin au matin, l' Albacore passa à l'attaque un peu après 9h00. Son choix se porta sur le Taihō, le navire amiral de la Force, qui venait de lancer 42 avions dans le cadre du second raid.
Le système de calcul de tir de l'Albacore étant tombé en panne, il fut obligé de lancer ses torpilles au jugé. Quatre des six torpilles lancées ratèrent leur objectif, une cinquième fut arrêtée par le sacrifice d'un pilote japonais qui lança son avion sur celle-ci, mais la sixième atteignit le Taiho, entraînant la rupture des conduites de carburant. Des vapeurs hautement inflammables commencèrent à se propager, mais la situation restait globalement sous contrôle et on pensait pouvoir sauver le navire, dont la vitesse fut à peine réduite.
Le Cavalla attaqua le Shokaku vers midi. Trois torpilles atteignirent le Shokaku qui fut sérieusement endommagé. L'incendie atteignit les réserves de munitions vers 15h00, et le Shokaku explosa et coula rapidement.
Entre-temps, un officier de contrôle de dégâts du Taiho commit l'erreur d'ordonner l'utilisation à pleine puissance du système de ventilation afin d'évacuer du navire les vapeurs de carburant. Cet ordre eut en fait pour conséquence que les gaz se répandirent dans tout le bâtiment. Vers 15h30, une étincelle provoqua une très forte explosion, suivie d'une réaction en chaîne entraînant la perte du bâtiment, qui coula vers 17h30.

Fin de la bataille

La Task Force navigua vers l'ouest pendant la nuit du 19 au 20 juin avec pour objectif d'attaquer les Japonais à l'aube. Dès les premières lueurs, le 20 juin, des patrouilles furent lancées pour repérer la Force Mobile.
Ozawa avait transféré son pavillon sur le destroyer Wakatsuki après que le Taihō eut été touché. La radio du bâtiment fut cependant incapable de gérer le trafic radio nécessaire à l'amiral qui transféra à nouveau son pavillon, sur le Zuikaku cette fois, vers 13h00. Ce n'est qu'à ce moment-là qu’Ozawa reçut les rapports définitifs relatifs aux raids catastrophiques de la veille et qu'il se rendit compte qu'il lui restait à peine un peu plus de 100 avions. Croyant cependant toujours à la présence massive d'avions sur les bases de Guam et Rota (le vice-amiral Kakuji ayant caché dans ses rapports la gravité de la situation, un problème qui allait devenir endémique dans les forces japonaises), il décida de poursuivre la mise en application de son plan et planifia de nouveaux raids pour le 21 juin.
Les patrouilles américaines eurent des difficultés à découvrir la flotte japonaise et ce n'est quasiment qu'en fin de journée, à 15h40, qu'un premier rapport peu intelligible parvint à Mitscher. Enfin à 16h05, un second rapport, plus clair, parvint à Mitscher qui décida de lancer immédiatement un raid de grande envergure. Cette décision comportait un certain risque, car la Force Mobile se trouvait à deux heures de vol de la Task Force et le soleil se coucherait vers 18h30. Le raid fut lancé à 16h20 et l'attaque eut lieu peu après 18h.
Le porte-avions japonais Zuikaku (au centre) et deux destroyers manœuvrent alors qu'ils sont attaqués par les avions de la TF 58, 20 juin 1944
 
La Force Mobile était à ce moment éparpillée : les avions arrivèrent sur les pétroliers et leurs destroyers. La Force "C" était à l'ouest, la Force "B" à l'ouest-nord-ouest, et la Force "A", déjà décimée par la perte du Taiho et du Shokaku au nord-ouest.
Ozawa ne réussit à faire s'envoler que 35 chasseurs pour protéger sa flotte, mais il s'agissait de pilotes expérimentés, et il disposait également de la puissance de feu anti-aérienne de ses bâtiments. Cependant, l'attaque américaine constituée de 216 avions était extrêmement puissante et la plupart des avions américains purent exécuter leur attaque.
Les premiers bâtiments auxquels le raid s'attaqua furent des pétroliers dont deux furent endommagés si sérieusement qu'ils durent être abandonnés et sabordés plus tard dans la journée. Le porte-avions Hiyo, attaqué par quatre Avengers du Belleau Wood, fut touché par au moins une torpille et coula un peu plus tard. Les porte-avions Junyo et Chiyoda furent endommagés par des bombes, ainsi que le cuirassé Haruna. 20 avions américains furent abattus au cours de cette action.
Vu le nombre d'avions engagés et la riposte assez faible, c'était finalement un tableau de chasse bien maigre. Ces faibles résultats étaient dus au fait que la plupart des Avengers étaient armés de bombes au lieu de torpilles. Le seul véritable succès fut obtenu par les Avengers du Belleau Wood, seul escadron armé de torpilles.
Sur le chemin du retour vers la Task Force, certains avions durent amerrir du fait de dégâts ou de manque de carburant. À 20h00, les premiers avions arrivèrent à la Task Force et les retours s'étalèrent jusque 22h00. Mitscher avait pris la décision d'illuminer complètement les porte-avions, en dépit des risques d'attaque par des sous-marins ou par des bombardiers de nuit, et les destroyers tirèrent des fusées éclairantes pour aider les avions à retrouver leur chemin. Malgré ces efforts, 82 avions furent perdus, certains s'écrasant lors de leur appontage, mais la plupart choisissant d'amerrir, les équipages de ces derniers étant en majorité secourus dans les jours suivants.

Crash d' Hellcat sur l' USS Enterprise

Cette nuit-là, Ozawa reçut de Toyoda l'ordre de se retirer de la Mer des Philippines. Les forces américaines lui donnèrent la chasse, et la Force Mobile fut encore repérée par des Avengers le 21 juin mais sans qu'il y eut d'engagement. Spruance rappela alors Mitscher car il ne voulait pas mettre en danger l'invasion des Mariannes en la laissant sans la protection de la Task Force.La bataille navale était terminée et l'opération Forager pouvait se poursuivre, qui allait aboutir à la conquête des îles Mariannes et notamment de Saipan, Guam et Tinian, et à l'établissement de bases aériennes qui permettraient bientôt aux États-Unis de faire décoller les bombardiers géants B-29 en direction du Japon.

 Les quatre attaques japonaises avaient impliqué 373 avions dont 130 seulement étaient revenus à leur base et beaucoup d'autres avaient été détruits à la suite de leur porte-avions. Au soir du second jour, les pertes japonaises totales se montaient à trois porte-avions et 395 avions, tandis que les pertes américaines se limitaient à 23 avions le premier jour et 100 le second (dont les 80 avions perdus du fait de la nuit).

Les pertes subies par la flotte japonaises étaient irremplaçables et l'aéronavale japonaise ne pouvait plus être considérée comme opérationnelle. Lors de la bataille du golfe de Leyte quelques mois plus tard, les porte-avions ne seraient utilisés que comme diversion du fait de leur manque d'avions et de pilotes.

Contact

libertyship-pacifique.be France, Yvelines libertyship.be@gmail.com