La bataille de la mer de Corail

La bataille de la mer de Corail , qui opposa du 4 au 8 mai 1942 la marine impériale japonaise et les forces alliées navales et aériennes des États-Unis et de l’Australie. Cet affrontement est la première bataille uniquement aéronavale de l'Histoire, dans laquelle les forces navales en présence s'affrontèrent par avions interposés sans jamais être à portée de canon.
Carte de la bataille du 3 au 9 mai montrant les mouvements des principales forces impliquées

7 MAI, FRAPPES MATINALES

À 6 h 25 le 7 mai, la TF 17 se trouvait à 213 km au sud de l'île Rossel. À ce moment, l'amiral Frank J. Fletcher envoya la flotte de croiseurs et de destroyers du vice-amiral John Crace, renommée TF 17,3, pour bloquer le détroit de Jomard. L'amiral Fletcher savait que la flotte de Crace opérerait sans couverture aérienne car les appareils des porte-avions seraient occupés par l'attaque des navires japonais. Le détachement de cette flotte réduisait également la protection antiaérienne de ses porte-avions, mais Fletcher décida que le risque en valait la peine pour éviter que les Japonais ne profitent de l'affrontement pour débarquer à Port Moresby. Pensant que le groupe aéronaval de Takagi se trouvait quelque part au nord de sa position, autour des Louisiades, l'amiral Fletcher demanda à l'USS Yorktown d'envoyer 10 bombardiers en piqué SBD pour reconnaître la zone à partir de 6 h 19. Dans le même temps, l'amiral japonais Takagi, situé à environ 560 km à l'est de la position de Fletcher, lança 12 torpilleurs Nakajima B5N à 6 h pour essayer de localiser la flotte américaine. L'amiral Hara considérait que les navires de l'amiral américain Fletcher se trouvaient au sud et il conseilla à l'amiral Takagi d'envoyer des appareils dans la zone. Les croiseurs Kinugasa et Furutaka lancèrent quatre hydravions pour explorer le sud-est des Louisiades. D'autres avions furent envoyés de Tulagi, de Rabaul et des Louisiades. Dans le même temps, les deux flottes préparaient leurs appareils pour qu'ils soient prêts à attaquer une fois que la flotte adverse aurait été localisé.

Bombardiers en piqué japonais Aichi D3A Type 99 se dirigeant vers la position présumée des porte-avions américains le 7 mai.

 

À 7 h 22, l'un des appareils du Shokaku rapporta qu'il avait repéré des appareils américains à 302 km de la flotte de Takagi. Un autre appareil confirma rapidement que le groupe était composé d’« un porte-avions, d’un croiseur et de trois destroyers.En réalité, l'avion de reconnaissance avait repéré mais mal identifié l’USS Neosho et l’USS Sims. Croyant qu'il avait localisé les porte-avions américains, l'amiral Hara, avec le soutien de Takagi, lança tous ses appareils disponibles. 78 avions dont 18 chasseurs Zero, 36 bombardiers en piqué D3A et 24 bombardiers-torpilleurs décollèrent du Shokaku et du Zuikaku à 8 h et se rendirent vers la cible désignée à 8 h 15.

À 8 h 20, l’un des appareils du Furutaka repéra les porte-avions et en informa immédiatement le quartier général d'Inoue à Rabaul qui transmit le message à Takagi. L'observation fut confirmée par un hydravion du Kinugasa à 8 h 30. Les amiraux Takagi et Hara, troublés par les deux messages opposés qu'ils reçurent, décidèrent de poursuivre l'attaque des navires au sud mais s'orientèrent vers le nord-ouest pour se rapprocher des navires repérés par l'hydravion du Furutaka. Ils avaient considéré que les rapports différents signifiaient que les porte-avions américains opéraient en deux groupes séparés.

À 8 h 15, un bombardier en piqué SBD de l'USS Yorktown repéra la flotte de soutien de l'invasion de l'amiral Goto. Le pilote se trompa dans le message codé et signala la présence de « deux porte-avions et quatre croiseurs lourds » à 417 km au nord-ouest de la TF 17.

SDB de l' USS Yorktown

L'amiral américain Fletcher conclut que la principale force aéronavale japonaise avait été repérée et il lança tous ses appareils disponibles contre elle. À 10 h 13, l'escadrille de 93 avions composée de 18 F4F Wildcat, 53 bombardiers en piqué SBD et 22 TBD Devastator était en route. À 10 h 12, l'amiral Fletcher reçut un autre rapport envoyé par un groupe de trois B-17 indiquant la présence d'un porte-avions, de dix transports et de seize navires de guerre à 56 km au sud de la position repérée par le pilote du SBD. Les deux pilotes avaient en réalité vu la même chose : le Shoho, les croiseurs de l'amiral Goto et la force d'invasion de Port Moresby. Croyant que l'observation des B-17 était la principale flotte aéronavale japonaise, l'amiral Fletcher orienta ses appareils en direction de cette cible.

À 9 h 15, les appareils de Takagi arrivèrent sur la zone désignée, repérèrent l'USS Neosho et l'USS Sims et cherchèrent en vain les porte-avions américains. C'est seulement à 10 h 51 que les équipages du Shokaku réalisèrent leur erreur et la confusion entre le pétrolier et le destroyer avec des porte-avions. Takagi réalisa alors que les porte-avions américains se trouvaient entre lui et le convoi d'invasion, ce qui plaçait ce dernier en très grand danger. Il ordonna à ses appareils d'attaquer immédiatement l'USS Neosho et l'USS Sims et de rentrer le plus vite possible sur les porte-avions. À 11 h 15, les bombardiers-torpilleurs et les chasseurs abandonnèrent leur mission et retournèrent vers les porte-avions avec leurs munitions tandis que les 36 bombardiers en piqué attaquèrent les deux navires américains.

Quatre bombardiers en piqué attaquèrent l'USS Sims et le reste plongea sur l'USS Neosho. Le destroyer fut coupé en deux par trois bombes et coula immédiatement. Il n'y eut que 14 survivants sur les 192 membres d'équipage. L'USS Neosho fut touché par sept bombes et l'un des bombardiers, endommagé par la DCA, s'écrasa sur le pétrolier. Gravement endommagé et privé d'énergie, le navire sombra lentement mais il eut le temps d'informer l'amiral Fletcher de l'attaque même s'il donna une mauvaise position.

Les appareils américains repérèrent le Shoho au nord-est de l'île Misima à 10 h 40 et se déployèrent pour l'attaque. Le porte-avions japonais était protégé par six Zeros et deux A5M tandis que le reste des avions étaient préparés dans les ponts inférieurs. Les croiseurs de Goto étaient disposés en carré autour du porte-avions à une distance d'environ 2 700 à 4 600 m.

Le premier groupe d'attaque, venant de l'USS Lexington, toucha le Shoho avec deux bombes de 450 kg et cinq torpilles qui causèrent de lourds dégâts. À 11 h, le groupe de l'USS Yorktown attaqua le porte-avions en feu et presque immobile avec 11 autres bombes de 450 kg et au moins deux torpilles. Complètement démoli, le Shoho sombra à 11 h 35. Craignant d'autres attaques, l'amiral Goto retira ses navires de guerre vers le nord mais il envoya le destroyer Sazanami pour secourir les survivants à 14 h. Seul 203 des 834 marins du navire furent retrouvés. Trois avions américains furent abattus. Les 18 appareils du Shoho furent perdus mais trois pilotes de la patrouille de défense du navire parvinrent à amerrir dans les Louisiades et survécurent.

 Le Shoho est bombardé et torpillé par des appareils américains.

 

Les appareils américains se posèrent sur leurs porte-avions à partir de 13 h 38 et, à 14 h 20, les avions étaient prêts à repartir pour intercepter la flotte d'invasion de Port Moresby ou le groupe des croiseurs de Goto. L'amiral Fletcher s'inquiétait cependant de la position des autres porte-avions japonais. Il avait été informé que les services de renseignements alliés pensaient que l'opération MO pouvait être couverte par quatre porte-avions. il en conclut que lorsque ses appareils de reconnaissance repéreraient le groupe aéronaval japonais, il serait difficile de mener une attaque avant la tombée de la nuit. Il annula donc l'assaut et décida de rester dissimulé dans le temps couvert avec des chasseurs prêts à décoller en cas de besoin. La TF 17 mit le cap au sud-est.

Ayant appris la destruction du Shoho, l'amiral Inoue ordonna au convoi d'invasion de se retirer temporairement au nord et ordonna à l'amiral Takagi, à ce moment à 417 km à l'est de la TF 17, de détruire les porte-avions américains. Alors que la flotte d'invasion se retirait, elle fut attaquée par huit bombardiers B-17 de l'US Air Force mais ces derniers ne causèrent aucun dégât. L'amiral Goto et le contre-amiral Kajioka reçurent l'ordre de disposer leurs navires au sud de l'île Rossel dans l'éventualité d'un combat nocturne si les navires américains passaient à proximité.

À 12 h 40, un hydravion japonais repéra la force du vice-amiral australien Crace à 144 km des Louisiades orientée à 175°. À 13 h 15, un appareil de Rabaul repéra aussi la flotte de Crace mais le pilote se trompa en rapportant que la force comprenait deux porte-avions et se trouvait à 213 km des Louisiades suivant un cap au 205°. S'appuyant sur ces rapports, l'amiral Takagi, qui attendait toujours le retour des appareils partis attaquer l'USS Neosho, orienta ses porte-avions vers l'ouest à 13 h 30 et indiqua à Inoue à 15 h que les porte-avions américains se trouvaient à au moins 800 km à l'ouest de sa position et qu'il ne pourrait pas les attaquer avant la nuit.

L'état-major d'Inoue dirigea deux groupes d'attaque de Rabaul, déjà en vol depuis le matin, en direction de la flotte de Crace. Le premier groupe comprenait 12 bombardiers-torpilleurs G4M et le second était composé de 19 appareils G3M d'attaque au sol équipés de bombes. Les deux escadrons attaquèrent les navires de Crace à 14 h 30 et rapportèrent avoir coulé un « cuirassé de classe Tennessee », tout comme avoir endommagé un autre cuirassé et un croiseur. En réalité, les navires de Crace n'avaient pas été touchés et ils avaient abattus quatre G4M. Peu de temps après, trois B-17 américains bombardèrent par erreur le groupe de Crace mais sans causer de dommages.

À 17 h 47, la TF 17 opérait sous une épaisse couverture nuageuse à 370 km à l'ouest de la position de Takagi quand elle détecta l'escadron japonais volant dans sa direction. Fletcher mit le cap au sud et envoya 11 F4F Wildcat pour les intercepter. La formation japonaise fut prise par surprise et neuf appareils furent détruits tandis que trois avions américains étaient abattus.

Ayant subi de lourdes pertes, les officiers de l'escadron japonais annulèrent la mission. Ils larguèrent leurs bombes et retournèrent à leurs porte-avions. Le Soleil s'étant couché à 18 h 30, plusieurs bombardiers japonais approchèrent les porte-avions américains dans l'obscurité et certains se préparèrent même à se poser avant d'être repoussés par les tirs des destroyers. À 20 h, les flottes américaines et japonaises étaient distantes de 190 km. Takagi alluma les lumières de ses navires pour guider les 18 appareils survivants et tous furent récupérés à 22 h.

À 15 h 18 et 17 h 18, l'USS Neosho informa la TF 17 qu'il dérivait vers le nord-ouest et qu'il était en train de couler. Le rapport de l'USS Neosho de 17 h 18 mentionnait de mauvaises coordonnées et cela gêna les opérations de secours. De manière plus significative, Fletcher apprit que son ravitaillement en pétrole le plus proche était perdu.Les opérations aériennes s'arrêtèrent à la tombée de la nuit. L'Américain Fletcher ordonna à la TF 17 de se diriger vers l'ouest pour être prêt à lancer son aviation dès l'aube. L'Australien Crace s'orienta également vers l'ouest pour rester à distance de combat des Louisiades. Le Japonais Inoue demanda à Takagi de détruire les porte-avions américains et il repoussa les débarquements de Port Moresby au 12 mai. Takagi choisit de mener ses porte-avions vers le nord durant la nuit pour offrir une meilleure protection au convoi d'invasion et pour concentrer ses recherches à l'ouest et au sud. Les Japonais Goto et Kajioka furent incapables de positionner et de coordonner leurs navires pour mener une attaque nocturne.Les deux camps espéraient trouver la flotte adverse tôt le lendemain et passèrent la nuit à se préparer pour la bataille anticipée.

L'USS Yorktown (au premier plan) et l'USS Lexington se préparent à lancer leurs appareils le matin du 8 mai 

LE 8 MAI

À 6 h 15 le 8 mai, depuis une position à 190 km à l'est de l'île Rossel, l'amiral japonais Hara lança sept bombardiers-torpilleurs pour explorer une zone à 460 km au sud de sa position. Trois appareils de Tulagi et un quatrième de Rabaul participèrent également à la reconnaissance. À 7 h, le groupe aéronaval tourna vers le sud-ouest et fut rejoint par deux des croiseurs de l'amiral Goto, le Kinugasa et le Furutaka, pour fournir un rideau défensif supplémentaire. Le convoi d'invasion dirigé par Goto et les navires du contre-amiral Kajioka, se mirent en route en direction d'un point de rendez-vous à 74 km à l'est de l'île Woodlark pour attendre l'issue de la bataille. Durant la nuit, le front chaud et la couverture nuageuse qui avait dissimulé les porte-avions américains le 7 mai se déplaça vers le nord et couvrait maintenant la flotte japonaise, ce qui limitait la visibilité à une distance de 3,7 à 23 km.

À 6 h 35, la TF 17 opérant sous le contrôle tactique de l'amiral Aubrey Fitch était positionnée à 330 km au sud des Louisiades. Elle lança 18 SBD pour mener une reconnaissance à 360° autour du navire jusqu'à une distance de 370 km. Le ciel au-dessus des navires américains était clair et la visibilité de 31 km.

À 8 h 20, un SBD de l'USS Lexington repéra les porte-avions japonais à travers un trou dans les nuages et il avertit la TF 17. Deux minutes plus tard, un appareil du Shokaku repéra la TF 17 et en informa Hara. Les deux flottes étaient distantes d'environ 390 km et se dépêchèrent de lancer leur force de frappe.Les bombardiers en piqué de l'USS Yorktown arrivèrent au niveau de la flotte japonaise à 10 h 32 et attendirent l'arrivée des bombardiers-torpilleurs plus lents pour mener une attaque simultanée. À ce moment, le Shokaku et le Zuikaku étaient distants de 9 100 m l'un de l'autre et ce dernier était caché par un rideau de pluie. Les deux porte-avions étaient protégés par 16 chasseurs Zero. Les bombardiers en piqué de l'USS Yorktown commencèrent leur attaque du Shokaku à 10 h 57. Le navire vira fortement sur tribord mais fut touché par deux bombes de 450 kg qui éventrèrent le gaillard d'avant et causèrent de gros dégâts au pont et aux hangars. Aucun des bombardiers-torpilleurs de l'USS Yorktown ne parvint à toucher le navire japonais. Deux bombardiers en piqué américains et deux Zeros furent abattus durant le combat.

Le Shokaku aprés l' attaque

Les appareils de l'USS Lexington arrivèrent à 11 h 30. Deux bombardiers en piqué attaquèrent le Shokaku et le touchèrent avec une bombe de 450 kg. Deux autres bombardiers plongèrent sur le Zuikaku mais leurs bombes tombèrent à côté. Les autres bombardiers en piqué de l'USS Lexington ne parvinrent pas à trouver les navires japonais dans l'épaisse couverture nuageuse. Aucune des torpilles des bombardiers-torpilleurs ne trouva sa cible. Les 13 Zeros en patrouille abattirent trois F4F Wildcat.Avec son pont d'envol lourdement endommagé et 223 membres d'équipage tués ou blessés, le Shokaku ne pouvait plus mener d'opérations aériennes. Son capitaine, Takatsugu Jōjima, demanda la permission de se retirer de la bataille et Takagi accepta. À 12 h 10, le Shokaku, accompagné de deux destroyers, se retira vers le nord-est.

L'USS Lexington en feu après avoir été touché par plusieurs torpilles japonaises.

L' ATTAQUE DES PORTES AVIONS AMERICAINS

À 10 h 55, le radar CXAM de l'USS Lexington détecta les appareils japonais en approche à 128 km et neuf F4F Wildcat furent envoyés pour les intercepter. S'attendant à trouver les bombardiers-torpilleurs à basse altitude, six F4F Wildcat étaient positionnés trop bas et ils furent survolés par les appareils japonais. Du fait des lourdes pertes subies la nuit précédente, les Japonais ne purent compléter une attaque à la torpille contre les deux porte-avions. Le lieutenant-commandeur Shigekazu Shimazaki, à la tête de l'escadron des bombardiers-torpilleurs, en envoya 14 contre l'USS Lexington et 4 contre l'USS Yorktown. Un Wildcat en abattit un et huit SBD en patrouille de l'USS Yorktown détruisirent trois autres bombardiers-torpilleurs. Quatre SBD furent détruits par les Zeros accompagnant l'attaque japonaise.
L'attaque japonaise commença à 11 h 13 alors que les porte-avions, distants de 2 700 m l'un de l'autre, et leurs navires d'escorte ouvraient le feu avec leur artillerie antiaérienne. Les quatre bombardiers-torpilleurs lancés contre l'USS Yorktown ratèrent tous leur cible. Les autres appareils menèrent une attaque en pince contre l'USS Lexington, qui avait un rayon de braquage plus grand que l'USS Yorktown, et à 11 h 20 le porte-avions fut touché par deux torpilles. La première toucha les réservoirs de carburant et les vapeurs de mazout commencèrent à se répandre dans les compartiments voisins. La seconde détruisit la principale canalisation d'eau à bâbord, qui commença à inonder les trois chaudières avant du navire qui furent arrêtées. Le porte-avions pouvait néanmoins continuer de naviguer à la vitesse de 44 km/h. Quatre bombardiers-torpilleurs furent abattus par la DCA.
 
Les 33 bombardiers en piqué japonais réalisèrent des cercles autour des navires pour attaquer contre le vent et ne commencèrent leur plongeon, depuis une altitude de 4 300 m, que trois minutes après le début de l'attaque des bombardiers-torpilleurs. Les 19 bombardiers du Shokaku ciblaient l'USS Lexington tandis que les 14 autres visaient l'USS Yorktown. Deux bombes touchèrent l'USS Lexington et provoquèrent des incendies qui furent maitrisés vers 12 h 33. À 11 h 27, le centre du pont d'envol de l'USS Yorktown fut touché par une bombe de 250 kg antiblindage qui traversa quatre ponts avant d'exploser, causant de graves dégâts structurels au hangar et tuant 66 hommes. Jusqu'à 12 bombes ratèrent l'USS Yorktown mais tombèrent suffisamment près pour l'endommager sous la ligne de flottaison.
L'USS Lexington en feu après avoir été abandonné par son équipage
 
Au moment où les appareils japonais terminaient leurs attaques et commençaient à se replier, pensant avoir infligé des dégâts irréparables aux deux porte-avions, ils s'exposèrent au feu des F4F Wildcat et des SBD de patrouille. Dans les duels aériens qui suivirent, les Américains perdirent trois SBD et trois Wildcat tandis que trois bombardiers-torpilleurs, un bombardier en piqué et un Zero étaient abattus. À partir de 12 h, les escadrons américains et japonais commencèrent à rentrer vers leurs navires respectifs. Lors des retours, des appareils se croisèrent et de nouveaux affrontements eurent lieu, dans lesquels le lieutenant-commandeur Kakuichi Takahashi fut tué.
Les escadrons d'attaques, comptant de nombreux appareils endommagés, retournèrent à leurs porte-avions respectifs et se posèrent entre 12 h 50 et 14 h 30. Malgré les dégâts subis, l'USS Yorktown et l'USS Lexington furent tous les deux capables de récupérer leurs avions. 46 appareils sur 69 revinrent dans le camp japonais et se posèrent sur le Zuikaku. Parmi ceux-ci, trois Zeros, quatre bombardiers en piqué et cinq bombardiers-torpilleurs, jugés trop endommagés, furent immédiatement jetés à la mer.
Au retour de son aviation, l'amiral américain Frank J. Fletcher évalua la situation. Les aviateurs l'informèrent qu'ils avaient lourdement endommagé un porte-avions mais qu'un autre s'était échappé indemne. L'amiral s'inquiétait du fait que ses deux porte-avions étaient en mauvais état et que ses escadrons avaient subi de lourdes pertes. De plus, le ravitaillement en pétrole était problématique depuis la perte de l'USS Neosho. À 14 h 22, l'amiral Aubrey Fitch informa Fletcher qu'on lui rapportait que deux porte-avions japonais n'étaient pas endommagés et que cela était corroboré par des messages radio interceptés. Croyant qu'il se trouvait face à une force japonaise supérieure en nombre, Fletcher décida de se retirer de la bataille. Il envoya la position approximative des porte-avions japonais à Douglas MacArthur et lui suggéra de les attaquer avec des bombardiers basés à terre. 
Vers 14 h 30, l'amiral japonais Chūichi Hara informa Takeo Takagi que seulement 24 Zeros, 8 bombardiers en piqué et 4 bombardiers-torpilleurs étaient à ce moment opérationnels. Takagi s'inquiétait de son autonomie car les niveaux de carburant de ses croiseurs n'étaient plus que de 50 % et certains de ses destroyers n'en étaient plus qu'à 20 %. À 15 h, Takagi informa l'amiral Shigeyoshi Inoue que ses appareils avaient coulé deux porte-avions américains, l'USS Yorktown et un autre de la classe Lexington, mais que du fait de ses lourdes pertes, il ne serait pas en mesure de couvrir le débarquement de Port Moresby. Inoue, dont l'appareil de reconnaissance avait repéré les navires du contre-amiral australien John Crace dans la matinée, rappela le convoi d'invasion, repoussa l'opération MO au 3 juillet et ordonna à ses forces de se rassembler au Nord-Est des îles Salomon pour commencer l'opération RY. Le Zuikaku et son escorte mirent le cap vers Rabaul tandis que le Shokaku se dirigeait vers le Japon.
L'USS Yorktown en cale sèche à Pearl Harbor le 29 mai 1942.

Contact

libertyship-pacifique.be France, Yvelines libertyship.be@gmail.com